+
Nouvelles

La protection contre les non-fumeurs a des premiers effets

La protection contre les non-fumeurs a des premiers effets

Des millions de personnes vivent plus longtemps grâce aux campagnes de prévention
08.01.2014

Le tabagisme est aujourd'hui l'un des plus grands risques évitables pour la santé. Dans le seul État fédéral de Hesse, plus de 100 000 personnes meurent chaque année des effets de la fumée bleue. Le gouvernement a été le premier État fédéral à promouvoir une protection active contre le tabagisme en interdisant légalement de fumer dans les écoles et les cours d'école.

Avec la hausse des prix des cigarettes et des photos choc sur les boîtes, le gouvernement a tenté d'empêcher les jeunes de fumer et de persuader les fumeurs d'arrêter. Vers la fin de 2013, l'Allemand Cancer Aid a lancé une campagne d'affichage à l'échelle nationale avec le slogan «Ne faites pas le cancer».

Les campagnes de prévention ont un impact Les études montrent que les mesures ont un effet et sauvent des vies. Selon le Centre allemand de recherche sur le cancer, le nombre de fumeurs en Allemagne est en baisse continue depuis dix ans. «Nous constatons une baisse régulière de la population totale, mais surtout parmi les enfants et les adolescents», déclare Martina Pötschke-Langer de la DKFZ. En 2002, 145 milliards de cigarettes ont été fumées en Allemagne, contre seulement 82 milliards en 2012. "Ces lois et les débats à leur sujet ont conduit à un déclin extrême de l'acceptation sociale du tabagisme", a déclaré Pötschke-Langer.

Presque tous les organes du corps sont endommagés par le tabagisme. Les voies respiratoires et le système cardiovasculaire sont particulièrement affectés. De nombreux fumeurs meurent chaque année d'un cancer du poumon, conséquence du tabagisme. Mais le tabagisme passif est également dangereux. En 2010, des chercheurs de l'OMS ont rapporté dans le magazine Lancet qu'environ 600 000 personnes meurent chaque année des conséquences du tabagisme.

Déclin de la population fumeurs aux États-Unis Dans la revue «Jama», des scientifiques américains ont souligné que la proportion de la population fumeurs dans le monde avait considérablement diminué. Cela a donné lieu à plusieurs études traitant des problèmes du tabagisme. Les chercheurs avaient collecté des données sur le comportement tabagique des citoyens entre 1980 et 2012 pour 187 pays. Grâce à l'éducation et aux programmes sans fumée, environ huit millions de personnes aux États-Unis ont été sauvées de la mort au cours des 50 dernières années, ont déclaré les chercheurs. Dès le milieu des années 60, après le premier rapport sur les effets du tabagisme sur la santé, le gouvernement américain avait répondu par de nombreuses mesures et lois pour protéger les non-fumeurs.

Dans la présente étude, les scientifiques dirigés par Theodore Holford de la Yale School of Public Health à New Haven, Connecticut, ont étudié dans quelle mesure les mesures affectent les décès liés au tabagisme. Tout d'abord, le nombre de fumeurs dans la population et la consommation quotidienne de cigarettes ont été enregistrés. En tenant compte des données épidémiologiques et des connaissances scientifiques disponibles sur l'influence du tabagisme sur la santé, les chercheurs avaient déterminé le nombre de décès attendus dus à la consommation de tabac. Les résultats obtenus ont ensuite été comparés au nombre réel de décès depuis la mise en place des mesures de lutte après 1964. Pour les scientifiques, cela s'est traduit par l'influence positive des campagnes anti-tabac.

17,7 millions de personnes sont mortes aux États-Unis entre 1964 et 2012 parce qu'elles fumaient. Sans l'influence de l'État, il y en aurait eu plusieurs millions de plus, mais ce succès n'était toujours pas suffisant. «On estime que les mesures anti-tabac sont liées à l’évitement de huit millions de décès prématurés et à une durée de vie prolongée estimée de 19 à 20 ans. Bien que la lutte antitabac soit un succès majeur de santé publique, des efforts supplémentaires doivent être faits pour réduire l'effet du tabagisme sur le nombre de morts », écrivent des scientifiques dans le journal jamaïcain.

D'autres mesures sont prévues
Par exemple, des chercheurs de l'Institute for Health Metrics and Evaluation de l'Université de Washington à Seattle, Washington, États-Unis, avaient déterminé que le nombre de fumeurs dans le monde avait été pris en compte et que le nombre de cigarettes fumées chaque jour avait même augmenté depuis 1980, rapportent les chercheurs. . En Allemagne, d'autres mesures centrales, telles qu'une interdiction complète de la publicité et l'impression d'images dites choc sur les paquets de cigarettes, suivront à l'avenir. Les experts allemands sont convaincus que ces mesures entraîneront une nouvelle baisse. (en)

Image: Sandra Nabbefeld / pixelio.de

Informations sur l'auteur et la source



Vidéo: Cest pas sorcier - TABAC (Janvier 2021).