Nouvelles

Plus de 40% des Suisses sont en surpoids

Plus de 40% des Suisses sont en surpoids

Enquête sur la santé en Suisse: plus de 40 pour cent du surpoids suisse

Selon l'enquête sur la santé en Suisse en 2012, seuls trois pour cent ont décrit leur santé comme mauvaise. L'obésité, l'alcool et le tabac poseraient encore des problèmes.

La majorité se sent en bonne santé Dans la dernière enquête sur la santé de l'Office fédéral de la statistique (OFS), 83% des quelque 21 500 personnes interrogées ont déclaré que leur bien-être en matière de santé allait de bon à très bon. Quatorze autres pour cent ont jugé leur état de santé médiocre, selon les résultats présentés jeudi à Berne. Le directeur de BFS, Georges-Simon Ulrich, a déclaré qu'il était également gratifiant que trois personnes sur quatre soient physiquement actives. En conséquence, la proportion de personnes qui exercent au moins deux heures et demie par semaine avec une intensité modérée est passée de 61,5 à 72% depuis 2002.

41% de surpoids Outre ces résultats positifs, des évolutions négatives peuvent également être identifiées. De plus en plus de personnes en Suisse auraient donc du mal à faire du surpoids, ce qui augmente leur risque de diabète et de maladies cardiovasculaires. 41 pour cent de la population de plus de 15 ans ont un indice de masse corporelle (IMC) de 25 ou plus et sont donc considérés comme en surpoids selon les normes internationales.
Plus d'hommes en surpoids que de femmes Le pourcentage de personnes obèses (IMC supérieur à 30) a presque doublé au cours des 20 dernières années. D'autant que les jeunes de 15 à 24 ans sont de plus en plus en surpoids. Le pourcentage d'obésité en 1992 était encore de six pour cent pour les hommes et de cinq pour cent pour les femmes; il atteint aujourd'hui onze et neuf pour cent, respectivement. Les femmes sont moins susceptibles d'être en surpoids que les hommes. Un homme sur deux de plus de 35 ans pèserait trop. Un lien avec le niveau d'éducation est également perçu. Les diplômés universitaires sont moins susceptibles de faire de l'embonpoint. Cependant, l'IMC n'est pas entièrement controversé en tant que critère de surpoids.

Moins de tabagisme passif grâce à une réglementation plus stricte Selon l'enquête de santé, les règles plus strictes contre le tabagisme pour se protéger du tabagisme passif se seraient également fait sentir. Par exemple, 6% des personnes interrogées ont indiqué qu'elles devaient fumer passivement sur une base régulière, c'est-à-dire au moins une heure par jour. En 2002, la proportion était encore de 26 pour cent. Selon Marco Storni de l'OFS, la proportion de fumeurs est restée plus ou moins constante, mais la tendance est à des fumeurs plus occasionnels et moins nombreux. La proportion de ces derniers qui fument plus de 20 cigarettes par jour a diminué de moitié, passant de 18 à 9 pour cent en 20 ans.

Les hommes en particulier ont tendance à boire Selon l'étude, 18 pour cent des personnes interrogées auraient un comportement à risque en consommant de l'alcool. Selon l'OFS, il est risqué si quelqu'un boit régulièrement trop (quatre verres de 0,3 litre de bière pour les hommes) ou en boit beaucoup trop au moins une fois par mois (six verres et plus). La consommation quotidienne d'alcool est plus courante chez les personnes âgées que chez les jeunes. La soi-disant intoxication est avant tout un problème masculin et surtout un des plus jeunes.

Principaux facteurs de risque surpoids, alcool et tabac Pascal Strupler, directeur de l'Office fédéral de la santé publique suisse, s'est félicité du bon état de santé de la population. Cependant, comme les auteurs de l'étude, il a laissé la question de savoir si ce bien-être correspond également à l'état de santé réel. Strupler a fait part de ses inquiétudes concernant l'augmentation des maladies cardiovasculaires et cancéreuses ces dernières années. Les principaux facteurs de risque de maladies non transmissibles restent le surpoids, l'alcool et le tabac.

Prévention importante des maladies C'est pourquoi la prévention des maladies est si importante. Les groupes à risque devraient être spécifiquement adressés pour obtenir des informations sur les risques pour la santé. L'enquête de santé fournit des informations à ce sujet. Les résultats de l'enquête maintenant présentés sont les premières évaluations que l'OFS souhaite donner suite à des études plus différenciées dans l'année à venir. L'enquête de santé est réalisée tous les cinq ans dans le cadre du nouveau recensement suisse. (un d)

Image: dreimirk30 / pixelio.de

Informations sur l'auteur et la source



Vidéo: Dans la tête.. dun gros (Décembre 2020).