Nouvelles

Les antibiotiques pendant la petite enfance augmentent le risque de surpoids

Les antibiotiques pendant la petite enfance augmentent le risque de surpoids

Les antibiotiques pendant la petite enfance augmentent le risque de surpoids

Si les bébés sont traités avec des antibiotiques avant l'âge de six ans, cela entraîne un risque accru de surpoids à l'âge de trois ans. Le microbiologiste Martin Blaser de la New York University School of Medicine et son équipe sont parvenus à cette conclusion dans deux grandes études. En conséquence, il existe un lien direct entre la prise d'antibiotiques et le surpoids.

Les antibiotiques avant l'âge de six mois augmentent le risque de surpoids de 22%
Dans la première étude, Balser et son équipe ont analysé plus de 11000 données d'enfants pour savoir s'ils étaient traités avec des antibiotiques à l'âge de 5 mois maximum, entre le 6e et le 14e mois ou entre le 15e et le 23e mois. . Dans le même temps, le poids corporel et la taille des enfants ont été enregistrés à des moments différents.

Lors de l'évaluation des données, les chercheurs sont arrivés à une conclusion claire: les enfants qui prennent des antibiotiques avant l'âge de six ans courent un risque 22% plus élevé de surpoids entre dix mois et trois ans. Si les antibiotiques ont été administrés à un moment ultérieur, selon les chercheurs, aucun lien n'a été trouvé. Cependant, les résultats de l'étude n'ont pas montré que les antibiotiques augmentaient le poids, ils ne montraient qu'une combinaison, expliquent les chercheurs.

«Bien que l'impact de l'admission précoce au niveau individuel soit faible, il pourrait avoir un impact significatif sur la santé de la population. Compte tenu de la prévalence des antibiotiques chez les nourrissons et des préoccupations croissantes concernant l'obésité infantile, des études complémentaires sont nécessaires pour limiter les conséquences et définir les impacts sur le mode de vie en fonction du poids corporel et du risque de maladie cardiovasculaire », écrivent les chercheurs. Le surpoids a augmenté dans le monde à peu près en même temps que l'utilisation d'antibiotiques. Il peut y avoir un lien entre l'utilisation disproportionnée du médicament dans l'élevage et pour des raisons médicales. L'étude a été publiée dans la revue spécialisée "International Journal of Obsedity".

Les antibiotiques modifient le métabolisme Dans une seconde étude, Balser a pu démontrer comment la prise d'antibiotiques conduit à l'obésité. Pour ce faire, lui et son équipe ont examiné la flore intestinale et le métabolisme des souris ayant reçu des antibiotiques. Ils ont découvert que le médicament provoquait des changements si forts que les souris stockaient beaucoup plus de graisse plus tard dans leur vie que les animaux non traités. Cet effet est volontairement utilisé dans l'engraissement des animaux, par exemple.

Alors que le nombre de bactéries dans la flore intestinale des souris est resté constant malgré l'antibiotique, le nombre des différents types de microbes a changé. Certains gènes clés pour la conversion des glucides en acides gras ont également changé. De plus, des valeurs hépatiques anormales concernant le traitement du cholestérol et des acides gras chez les souris traitées ont été mesurées.

La prise d'antibiotiques modifie la flore intestinale et le métabolisme de sorte que plus de nutriments sont obtenus à partir de la nourriture et donc plus de calories sont ajoutées au corps. Dans une "phase précoce de la vie d'un enfant, la base de l'obésité ultérieure pourrait être créée involontairement", ont déclaré les chercheurs. (ag)

Continuer à lire:
Les antibiotiques font grossir les bébés
Beaucoup plus d'antibiotiques dans l'engraissement des animaux
Les enfants reçoivent trop souvent des antibiotiques
Les femmes médecins prescrivent moins d'antibiotiques
Il n'y a pas d'antibiotiques doux
Les médecins prescrivent souvent des antibiotiques inutilement
Alternatives aux antibiotiques de la naturopathie

Informations sur l'auteur et la source



Vidéo: Comment maigrir jusquà son poids déquilibre? Dr Jean-Philippe Zermati, expert nutritionniste (Décembre 2020).