Nouvelles

Les défenseurs des consommateurs appellent à une réforme rapide de l'assurance maladie privée

Les défenseurs des consommateurs appellent à une réforme rapide de l'assurance maladie privée

Les défenseurs des consommateurs appellent à une réforme de l'assurance maladie privée

De plus en plus d'assurés privés se plaignent auprès des centres de conseil à la consommation des hausses massives des tarifs des assureurs privés. Par conséquent, les défenseurs des consommateurs demandent une réforme en profondeur du système d'assurance privée. L'Association des compagnies privées d'assurance maladie (PKV) décline: l'échantillon est "profondément douteux". Le système n'a eu aucun problème.

De nombreuses plaintes concernant les augmentations de primes
De plus en plus d'assurés de compagnies privées d'assurance maladie se plaignent auprès des centres de protection des consommateurs de l'augmentation rapide des primes. L'Association fédérale des centres de consommation (vzbv) a procédé à une évaluation d'un total de 144 plaintes déposées par des assurés des assureurs-maladie privés, qui ont été reçues par les administrations centrales entre décembre 2011 et mars 2012. Il a montré que les contributions aux tarifs individuels ont augmenté en moyenne de 23,9 pour cent. Certaines des personnes concernées ont même dû accepter une augmentation des primes de 60%. Selon les experts, les clients assurés auprès d'un fournisseur sur une longue période et les assurés plus âgés ont été particulièrement touchés. «Nos craintes ont été largement dépassées», déclare Michael Wortberg, expert en assurance au Centre des consommateurs de Rhénanie-Palatinat. En aucun cas, seulement 144 personnes se sont plaintes. L'étude n'est qu'un échantillon, comme l'ont souligné les défenseurs des consommateurs. Beaucoup plus de plaintes ont été reçues.

Les assurés âgés particulièrement touchés
Les plaintes portent, à quelques exceptions près, sur des contrats de plus de dix ans et des assurés de plus de 45 ans. «Les clients signalent qu'en aucun cas ils ne peuvent payer le montant de la prime une fois qu'ils sont à la retraite», déclare le défenseur des consommateurs Wortberg. Dans un cas, une femme de 59 ans a versé une cotisation mensuelle de 1095 euros. Si vous ne percevez alors qu'une pension de 1200 euros, vous êtes perdu. Car les cotisations au PKV ne sont pas basées sur le revenu, comme c'est le cas avec l'assurance maladie légale, mais sur le tarif conclu.

Les lettres de change sont souvent sapées par les fournisseurs
Au cours de l'étude, il est apparu clairement que le droit de faire passer l'assuré à un tarif moins cher est souvent compromis par les compagnies d'assurance maladie. Seuls quatre des 144 clients ont pu passer à un autre tarif sans aucun problème. "La possibilité de passer à des tarifs moins chers au sein de l'assurance maladie privée doit être plus facile", a déclaré Gerd Billen, membre du conseil d'administration de l'Association fédérale des centres de consommation. En outre, Billen a critiqué le fait que le PKV manque de "maîtrise efficace des coûts". A son avis, il serait logique d'introduire le principe des prestations en nature dans le cadre d'une réforme. Les plaintes des consommateurs ne sont "peut-être que la pointe de l'iceberg", a déclaré Billen.

La réforme du modèle de remboursement des coûts demandée
Une autre exigence est une réorganisation du remboursement des frais. Selon le modèle actuel, le patient privé doit soumettre la facture reçue du médecin ou de la clinique à son fonds privé. Au lieu de cela, la facturation devrait avoir lieu entre le fournisseur de services et la compagnie d'assurance, dit Billen.

Le principal défenseur des consommateurs a exigé plus d'influence de la politique. Le ministre fédéral de la Santé Daniel Bahr (FDP) devrait faire examiner "systématiquement et rapidement" les différents tarifs de l'assurance maladie privée. L'objectif doit être une réforme favorable aux consommateurs. Il doit s'agir de "compenser les déficits de la justice et de réaliser des gains d'efficacité" pour arrêter "l'explosion des cotisations" dans l'assurance maladie privée. "Les conséquences d'une surcharge financière des consommateurs ne doivent pas être socialisées, mais doivent être résolues au sein du système privé d'assurance maladie", a averti Billen. «Il n'est pas acceptable que les médecins paient plus pour les assurés privés que pour les autres patients», a-t-il déclaré. Ici aussi, la politique a dû repenser la situation antérieure.

PKV décrit l'étude sur la protection des consommateurs comme douteuse
L'Association fédérale des assurances maladie privées (PKV) a qualifié l'échantillon de "non fiable". Volker Leienbach, président de l'association a répondu que des analystes différents et indépendants avaient calculé une augmentation moyenne des contributions des tarifs individuels de seulement 2%. Chaque personne assurée aurait le droit de passer à un tarif différent de celui du fournisseur. Ce règlement est inscrit dans la loi. En revanche, les cotisations obligatoires à l'assurance maladie ont augmenté de 3,1% depuis 1997. Le PKV de 3,3%. Il en résulte un ordre de grandeur similaire dans la structure de contribution. "La hausse des coûts de santé affecte les deux systèmes d'assurance de la même manière", a écrit Leyenbach dans un communiqué. Selon l'association, environ 8,9 millions de personnes dans l'assurance maladie privée sont entièrement assurées. (sb)

Lisez aussi:
DAK sans apport supplémentaire: AOK agressif
Les caisses enregistreuses privées ne sont plus portables
Modèle d'assurance maladie privée (PKV) abandonné
Manipulations par les représentants PKV

Image: Gerd Altmann / Gerold Meiners / pixelio.de

Informations sur l'auteur et la source



Vidéo: Mieux comprendre lassurance - Episode 06 - La complémentaire santé pour tous ANI? (Décembre 2020).