9000 décès de nourrissons évitables


Des milliers de nouveau-nés meurent chaque jour de maladies évitables

Des milliers de bébés meurent chaque jour faute de soins médicaux adéquats. Selon "World Online", citant des chiffres de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et des Nations Unies, environ 9 000 nouveau-nés de moins de quatre semaines succombent à une maladie réellement évitable. Selon l'OMS, presque tous les décès infantiles (99%) surviennent dans les pays en développement et émergents.

Pour les nourrissons des pays les plus pauvres où les soins médicaux sont moins bons, le délai immédiatement après la naissance est particulièrement critique. Selon l'OMS, environ 40 pour cent de tous les décès d'enfants de moins de cinq ans surviennent dans les 28 premiers jours après la naissance. En tant que pays à mortalité infantile particulièrement élevée, «Welt Online» nomme principalement des pays africains comme le Congo et le Nigéria, mais aussi des pays comme la Chine, le Pakistan et l'Inde.

Objectif du Millénaire pour le développement visant à réduire la mortalité infantile La réduction de la mortalité infantile est l'un des objectifs du Millénaire pour le développement adoptés par la communauté internationale en 2000. Selon la décision des Nations Unies au Sommet du Millénaire, la mortalité infantile chez les adolescents de moins de cinq ans doit être réduite «des deux tiers (de 10,6% à 3,5%) entre 1990 et 2015». Bien que des progrès significatifs aient déjà été réalisés et que le nombre de décès parmi les nouveau-nés ait diminué d'environ 1,3 million au cours des quatre premières semaines de vie entre 1990 et 2009 (de 4,6 millions à 3,3 millions), beaucoup meurent encore aujourd'hui. Trop d'enfants dans le monde souffrent de maladies évitables ou traitables, selon l'OMS.

Des taux de mortalité infantile particulièrement élevés en Inde, au Nigéria, au Pakistan et en Chine En termes de décès totaux, l'Inde est le malheureux leader. Selon les chiffres de l'OMS, environ 900 000 nouveau-nés meurent ici chaque année, ce qui correspond à 28 pour cent des décès mondiaux de nourrissons âgés de moins de quatre semaines. Le Nigéria et le Pakistan suivent aux deuxième et troisième places, la Chine en quatrième place. Cependant, la Chine a fait des progrès significatifs ces dernières années et la République populaire est encore relativement loin en avance en termes de mortalité infantile totale en raison de l'énorme population. En ce qui concerne la proportion de décès parmi le nombre total de naissances vivantes, la Chine, en revanche, a presque divisé par deux la mortalité infantile. En 1990, il y avait encore 23 décès pour 1000 naissances vivantes; en 2009, il n'y avait que 11 décès pour 1000 naissances vivantes, rapporte l'OMS. Grâce à des investissements massifs dans les soins de santé, la Chine a considérablement réduit la mortalité infantile. Cependant, l’objectif du Millénaire pour le développement visant à réduire la mortalité infantile de deux tiers n’a pas encore été atteint.

Dix pays ont réduit de deux tiers la mortalité infantile. Selon l'OMS, la situation est différente, par exemple en Estonie, en Grèce, au Luxembourg, en République tchèque et à Chypre, où la mortalité infantile a été réduite de plus des deux tiers depuis 1990. Au total, dix pays ont déjà atteint l'objectif du Millénaire pour le développement visant à réduire la mortalité infantile, rapporte l'OMS. Dans la plupart des pays africains, cependant, peu de progrès ont été réalisés ces dernières années. Par exemple, les pays africains affichent une baisse moyenne de la mortalité infantile de seulement 1% par an, ce qui signifierait que le taux de mortalité des nouveau-nés n'atteindra à peu près le niveau des pays industrialisés modernes comme l'Allemagne, la Grande-Bretagne ou les États-Unis que dans 150 ans. Atteindre l’objectif du Millénaire pour le développement semble donc déjà impossible. Une amélioration significative ne peut être obtenue que par des investissements substantiels dans les soins de santé des pays du continent africain. Cependant, étant donné que de nombreux pays africains où les taux de mortalité infantile sont particulièrement élevés sont toujours en proie à la faim et à la guerre, une expansion adéquate du système de santé pour prendre en charge la population et les nouveau-nés semble difficilement concevable. (fp)

Continuer à lire:
Régime alimentaire: pas de faim dans les pays industrialisés?
Épidémie de famine et de choléra en Somalie

Image: Royaume-Uni

Informations sur l'auteur et la source



Vidéo: Infanticides: comment ont-ils pu tuer leur enfant? - Toute une histoire


Article Précédent

OCDE: Pas d'égalité des sexes en Allemagne

Article Suivant

Risque de cancer de la peau sous le soleil méditerranéen