+
Nouvelles

Les compagnies d'assurance maladie bloquent les factures d'assurance

Les compagnies d'assurance maladie bloquent les factures d'assurance

Les compagnies d'assurance maladie légales bloquent le passage à l'assurance maladie privée

Plusieurs compagnies légales d'assurance maladie (GKV) rendent difficile le passage de leurs clients à l'assurance maladie privée (PKV). Certaines personnes qui souhaitent changer devraient conserver leur ancienne assurance jusqu'à trois ans.

Les assurances maladie légales semblent aller trop loin dans le cadre de la réforme de la santé depuis le début de l'année lors du changement d'assurance. Selon le "Süddeutsche Zeitung", six assureurs maladie légaux refusent de changer immédiatement les membres qui ont souscrit un tarif électoral supplémentaire. Les personnes concernées devraient conserver leur ancienne assurance pendant trois ans au maximum. Le Bundesversicherungsamt (BVA) est cependant d'avis qu'une période minimale d'engagement n'est pas autorisée pour les tarifs électoraux et que rien ne s'oppose à un changement du côté juridique.

Les assureurs maladie insistent sur les délais contractuels Après que le ministre fédéral de la Santé Philipp Rösler (FDP) ait considérablement renforcé la compétitivité de l'assurance maladie privée, entre autres grâce à un basculement simplifié entre les régimes d'assurance, les premières compagnies d'assurance maladie statutaires se révoltent désormais apparemment contre cette voie. Le Verband der Ersatzkassen (VDEK), qui comprend le Barmer GEK et la Techniker Krankenkasse (TK), a informé la Süddeutsche Zeitung que "le délai obligatoire pour les tarifs optionnels (...) doit avoir expiré" avant l'assuré peut basculer. Par exemple, toute personne qui a souscrit un tarif optionnel supplémentaire pour le remboursement des cotisations ou des franchises devra rester dans son assurance maladie actuelle jusqu'à trois ans.

Nombreuses plaintes auprès de l'Office fédéral des assurances Au cours des derniers mois, l'Office fédéral des assurances (BVA) a suscité un grand nombre de soumissions, d'enquêtes et de plaintes concernant le blocus des compagnies d'assurance en cas de changement souhaité. Le BVA représente ici une position fondamentalement différente de celle du VDEK et ils n'ont aucune raison qui empêche un changement immédiat d'assuré. De plus, le passage à un prestataire privé n'est pas non plus une résiliation, puisque les assurés dès que leurs revenus dépassent 49 500 euros par an ne sont assurés que volontairement en SHI. Selon la BVA, ceux qui souhaitent changer n'ont qu'à déclarer leur départ.

Des délais d'attente forcés en cas de changement d'assurance insatisfaisant pour les clients Néanmoins, les assureurs maladie de remplacement refusent à leurs adhérents le changement immédiat avec un tarif optionnel, ce qui peut parfois présenter des inconvénients considérables pour les personnes concernées. Car si ceux qui souhaitent changer tombent malades pendant la période d'attente imposée, ils risquent de passer le bilan de santé que chaque client doit passer avant d'être admis au PKV. Il serait donc possible que ceux qui souhaitent changer ne soient plus inclus dans l'assurance maladie privée en raison de leur état de santé ou qu'ils devraient payer des primes de risque importantes. Les périodes de changement imposées sont donc une imposition pour l'assuré. En revanche, tout le monde connaît les clauses contractuelles courantes de la vie quotidienne, par exemple lors de la conclusion d'un contrat téléphonique. Dans certains cas, les périodes de changement sont simplement inévitables, de sorte que le changement spontané de fournisseur ne cause pas trop de dommages aux entreprises individuelles.

La réforme des soins de santé ne rend pas justice au problème Seuls quelques-uns des décideurs y ont pensé lorsqu'ils ont pris des décisions sur la réforme des soins de santé l'année dernière. Le fait que les assureurs maladie légaux aient également besoin d'un peu de sécurité de planification et que les avantages pour les clients ne soient justifiés que par le contrat plus long, notamment avec les tarifs optionnels, ne sont pas suffisamment pris en compte dans les exigences légales pour simplifier le changement d'assurance. (fp)

Lisez aussi:
Passage à l'assurance maladie privée à partir de 2011
Assurance maladie légale ou privée?
L'assurance maladie privée: cela change
PKV et enfants: le changement doit être bien envisagé

Image: Margot Kessler / pixelio.de

Informations sur l'auteur et la source



Vidéo: Les Frontaliers Malins - Lassurance maladie (Janvier 2021).