Nouvelles

Les compagnies d'assurance maladie ne prévoient pas de déficit pour 2011

Les compagnies d'assurance maladie ne prévoient pas de déficit pour 2011

Selon le groupe d'estimation GKV, les compagnies d'assurance maladie statutaire ne prévoient pas de déficit pour 2011

Les caisses légales d'assurance maladie devraient clôturer l'exercice 2011 sans déficit. Apparemment, les changements législatifs adoptés au cours de la réforme des soins de santé commencent à avoir un effet. Selon une évaluation du groupe d'estimation de la GKV, qui comprend également l'Association des assurances maladie légales (GKV), un inconvénient peut très probablement être évité cette année. Des experts de la santé indépendants estiment cependant que la situation financière des compagnies d'assurance maladie se détériorera à nouveau dans l'année à venir.

Groupe d'évaluation: résultat positif attendu Dans le cadre de la réforme des soins de santé, le gouvernement fédéral a décidé de nombreuses mesures d'économies dans le système de santé. Une évaluation présentée par le groupe d'estimation GKV a prédit un résultat positif pour l'année en cours. La raison principale en est probablement l'augmentation convenue des contributions ordinaires en espèces de 14,6 à 15,5 pour cent. Les assureurs maladie soulignent à maintes reprises dans leurs publications que, par exemple, une contribution supplémentaire pourrait être évitée parce que le taux de cotisation a été augmenté à la fin de l'année. Au total, 13 assureurs-maladie sur environ 160 assureurs-maladie légaux doivent facturer une somme forfaitaire supplémentaire à leurs adhérents malgré l'ajustement des primes.

D'autres effets positifs ont été obtenus grâce aux économies réalisées dans les produits pharmaceutiques, les cliniques et les médecins. En raison de la bonne économie, les employés obtiennent des salaires plus élevés et paient donc automatiquement des cotisations plus élevées. Le temps du travail de courte durée semble désormais révolu. Cependant, les avantages de l'assurance maladie privée sont susceptibles de constituer un obstacle. Les plus hauts revenus ont pu passer plus facilement à une assurance maladie privée depuis le début de l'année. Cependant, selon certaines compagnies d'assurance maladie, il n'y a pas eu jusqu'à présent de véritable vague de changement.

Un déficit en milliards a été évité Au cours de la dernière année de 2010, le fonds de santé devrait avoir un déficit d'environ 11 milliards d'euros. À la fin de l'année, il est toutefois apparu clairement que les cotisations supplémentaires collectées par certains assureurs maladie et les nombreuses mesures d'économies réalisées à l'avance étaient suffisantes pour générer des revenus supplémentaires d'environ 300 millions d'euros, même en 2010. Le surplus sert à reconstituer la réserve de liquidité de la caisse de santé conformément aux dispositions légales. Entre autres, ce fonds est utilisé, par exemple, pour reconstituer les fonds des assureurs-maladie déficitaires, pour financer la compensation sociale prévue et la contribution supplémentaire pour les personnes socialement faibles (protection sociale, ALG II).

Les compagnies d'assurance maladie termineront l'année 2011 sans déficit
Selon le groupe d'estimations, il est possible depuis longtemps de faire de bonnes prévisions sur les revenus de la caisse de santé. Les économistes de la santé ont revu à la hausse les revenus attendus de 500 millions à 181,6 milliards d'euros. Selon le cercle d'estimations GKV, la bonne économie continuera à générer des revenus supplémentaires. En raison de la crise économique de l'année dernière, il n'a pas encore été possible d'assumer ce revenu supplémentaire. Les allocations du fonds resteront stables à 178,9 milliards d'euros. Selon la SHI, les allocations aux caisses maladie étaient quelque peu inférieures aux dépenses estimées à 170,3 milliards d'euros. Les dépenses réelles calculées jusqu'à présent diminueront de 200 millions d'euros. La contribution supplémentaire levée par 13 assureurs maladie pourrait générer un revenu supplémentaire de 750 millions d'euros. Actuellement, sur les 51,4 millions de cotisants estimés à l'assurance maladie, environ 8,1 millions doivent payer des cotisations supplémentaires. Cependant, ces revenus supplémentaires n'ont pas été inclus dans les prévisions publiées. L'augmentation des revenus s'ajoute ensuite à nouveau en fin d'année. Le groupe d'estimateurs publie régulièrement des calculs anticipés pour mesurer la rentabilité. Des représentants de la GKV, du ministère fédéral de la Santé et de l'Office fédéral des assurances sont membres du cercle.

Des cotisations supplémentaires peuvent être évitées La majorité des assureurs maladie et la coalition noir-jaune partent du principe qu'aucune autre assurance maladie n'augmentera cette année. Les mesures décidées jusqu'à présent sont apparemment suffisantes pour ne pas imposer une charge supplémentaire à l'assuré. Les compagnies d'assurance maladie craignent les cotisations supplémentaires, car nombre de personnes concernées exercent par la suite leur droit au changement. Ceci, à son tour, conduit à une perte d'adhésion, sur laquelle le DAK, par exemple, a eu un impact énorme sur l'année dernière. Cependant, les assureurs maladie qui ont bénéficié du changement ont pu enregistrer des gains significatifs.

Des perspectives positives pour les prochaines années douteuses On peut se demander si de si bons chiffres peuvent être prédits pour les prochaines années. Des experts indépendants attestent des années difficiles à l'assurance maladie légale. En raison de l'évolution démographique, les dépenses de santé continueront d'augmenter. De nouvelles économies et réductions massives sont déjà en train d'émerger. Par exemple, la Confédération allemande des syndicats a utilisé une analyse pour indiquer que les cotisations supplémentaires seront prélevées à tous les niveaux pour tous les membres de la caisse d'assurance maladie au cours des prochaines années. L'expert de santé indépendant, le Prof. Dr. Wassem de l'Université de Duisburg-Essen. Selon lui, les mesures mises en œuvre pourraient éviter un déficit. À partir de 2012, cependant, la situation pourrait se détériorer considérablement. Ensuite, au plus tard, des compagnies d'assurance maladie supplémentaires devront collecter des cotisations supplémentaires. Le gouvernement fédéral suppose également une telle évolution. Depuis 2011, les caisses maladie sont en mesure de déterminer elles-mêmes le montant des cotisations complémentaires. (sb)

Lisez aussi:
Hartz IV: les compagnies d'assurance maladie exigent des cotisations supplémentaires
Le lobby pharmaceutique influence la politique de santé
Les caisses enregistreuses de remplacement n'excluent pas les contributions supplémentaires
Les compagnies d'assurance maladie critiquent les frais médicaux
Les compagnies d'assurance maladie critiquent la réforme des soins de santé

Image: Verena N. / pixelio.de

Informations sur l'auteur et la source


Vidéo: 2017 10 CPAM PARLEZ VOUS ASSURANCE MALADIE ALD (Novembre 2020).