Nouvelles

Les laboratoires pharmaceutiques lubrifient-ils les médecins berlinois?

Les laboratoires pharmaceutiques lubrifient-ils les médecins berlinois?

Le bureau du procureur général confirme une enquête sur la société pharmaceutique Oncosachs. Le soupçon: corruption professionnelle de médecins.

Depuis quelques semaines, le parquet général enquête sur le fabricant de produits pharmaceutiques de Leipzig "Oncosachs". Selon les informations des médias, un pédiatre de Berlin s'est vu offrir de l'argent s'il ne commandait que des produits pharmaceutiques à la société de Leipzig.

Bureau du procureur déterminé
Selon le procureur général, les autorités judiciaires enquêtent depuis plusieurs semaines sur le fabricant pharmaceutique Oncosachs. Le président de l'unité spéciale "INES" a confirmé les enquêtes officielles correspondantes à l'agence de presse "dpa". Cependant, selon le procureur Wolfgang Schwürzer, les autorités chargées de l'enquête sont "encore au début". Dans le cadre de l'enquête, plusieurs objets de la société, qui produit des médicaments génériques, ont été fouillés.

Soupçon de «corruption professionnelle» par des médecins
Samedi déjà, le magazine d'information "Der Spiegel" a rapporté que le contexte de l'enquête était la suspicion de "corruption commerciale" par des médecins. Selon le magazine, un pédiatre de Berlin a reçu l'offre de recevoir un total de 90 000 euros s'il ne commandait à l'avenir que des médicaments à la société de Leipzig. Plus précisément, selon le médecin, il s'agit d'une perfusion spéciale de chimiothérapie pour les patients cancéreux. Par rapport au miroir, le médecin avait indiqué que 50 euros seraient offerts pour chaque perfusion administrée à l'entreprise. Si le médecin ne traitait que 10 patients par jour avec une perfusion, ce serait 90 000 euros par an. Un officier pharmaceutique de l'entreprise lui avait soumis l'offre. Selon le médecin, le flux d'argent devrait être «formel» via des études dites de registre. Au cours de la conversation, le pédiatre a déclaré au consultant pharmaceutique que l'offre ne ressemblait pas à une étude, mais après une part des ventes.

Oncosachs rejette les allégations La société rejette toutes les allégations. Selon les médias, le directeur général Uwe Krasselt a souligné que les médecins ne sont récompensés que dans le cadre de leurs études. Krasselt ne connaît pas l'offre nommée au médecin de Berlin. Par rapport au miroir, le directeur général a souligné que toutes les études sont «sérieuses» sans exception. Les soi-disant pots-de-vin n'étaient pas non plus versés aux médecins. Krasselt soupçonne un concurrent berlinois derrière "l'attaque". L'avocat de la société Frank-Thoralf Hager a déclaré au "BZ": "Nous examinons les démarches judiciaires contre le journaliste."

Selon Spiegel, il y a un certain nombre de pharmacies derrière la société Oncosachs. Ces derniers sont à leur tour des partenaires contractuels importants de la compagnie d'assurance maladie locale générale AOK Berlin-Brandenburg. Selon les informations du miroir, presque toutes les personnes assurées de l'AOK Berlin-Brandebourg sont traitées avec des médicaments anticancéreux d'Oncosachs. (sb)

Lisez aussi:
Fraude à la facturation à la clinique Schwerin Helios?
Couverts chirurgicaux contaminés à la clinique Fulda
Un traitement hospitalier sur dix est nocif
Cadeaux pharmaceutiques aux médecins

Image: Michael Bührke / pixelio.de

Informations sur l'auteur et la source


Vidéo: Scandale de la Dépakine: Sanofi mis en examen pour homicides involontaires (Octobre 2020).