Nouvelles

Les médecins vendent de plus en plus de services supplémentaires

Les médecins vendent de plus en plus de services supplémentaires

Les médecins vendent de plus en plus de services supplémentaires. Le corps médical a pu générer des revenus d'environ 1,5 milliard d'euros par an.

Beaucoup connaissent le phénomène: en tant que patient, les médecins se demandent de plus en plus si certains services supplémentaires de soins médicaux préventifs ou de traitement doivent être fournis. La particularité: Les services proposés doivent être payés de leur poche, car de nombreux services ne sont pas pris en charge par les caisses maladie. Cela vaut également pour de nombreux traitements de la naturopathie, par exemple. Les patients dépendent souvent des déclarations des médecins qui, dans de nombreux cas, aiment vendre des services supplémentaires pour générer des revenus supplémentaires. En fait, cependant, des thérapies sont également vendues qui sont très bien couvertes par les compagnies d'assurance maladie.

Selon une étude, les professionnels de la santé vendent de plus en plus d'avantages supplémentaires tels que des examens échographiques, l'homéopathie ou des tests de laboratoire qui ne sont pas couverts par l'assurance maladie légale. Ces traitements ont apporté des traitements supplémentaires d'environ 1,5 milliard d'euros par an pour les médecins résidents, selon l'étude de l'Institut scientifique AOK (WidO) présentée mercredi. Le produit des traitements et des procédures de diagnostic non reconnus par la caisse d'assurance maladie a augmenté de 50% depuis 2005.

Une personne légalement assurée sur quatre (28,3 pour cent) s'est vue vendre un service de santé qui n'a pas été payé par les compagnies d'assurance maladie. Les patients ont dû payer les frais de leur poche. Il y a environ six ans (2004), la part des prestations supplémentaires pour les patients assurés était de 16%. En 2001, seulement 9 pour cent. Les services médicaux les plus vendus étaient les services de santé individuels (IgeL) tels que l'échographie et les bilans de glaucome chez l'ophtalmologiste. Des médicaments supplémentaires ont suivi en deuxième place, des remèdes en troisième place, par ex. de la naturopathie puis des aides et offres préventives telles que Analyses de sang et services de laboratoire.

Ce n'est pas la santé mais le revenu qui détermine le stress… Environ 2 500 patients ont participé à l'enquête menée par l'institut de caisse de l'AOK. Ce qui est frappant dans les résultats de l'étude, c'est que les prestations individuelles supplémentaires dépendent moins de l'état de santé ou de l'âge du patient, mais plutôt du niveau d'éducation et des revenus de l'assuré. Selon celle-ci, les gens ont notamment profité des avantages supplémentaires des médecins résidents qui gagnent plus de 4 000 euros nets par mois. Ici, le taux de réclamation des prestations est deux fois plus élevé que pour ceux qui doivent se contenter de moins de 1000 euros de revenus nets par mois. Dans ce groupe de revenus, une personne sur six seulement (16,9%) a profité de ces prestations de soins de santé sans prendre en charge l'assurance maladie. Un tiers des patients dont le revenu était proportionnellement élevé avaient déjà bénéficié d'un service de santé supplémentaire payant. Ici, 38,8% des participants ont déclaré qu'ils avaient déjà eu de telles expériences dans le cabinet d'un médecin.

Il y avait des différences dans l'octroi de prestations non obligatoires, en particulier parmi les spécialistes individuels. Les services de soins préventifs les plus coûteux étaient offerts par l'ophtalmologiste et le gynécologue. Ici, les services supplémentaires ont été vendus jusqu'à sept fois plus que, par exemple, les médecins généralistes. Dans les autres rangs se trouvent les urologues, qui ont fait des offres aux patients environ cinq fois plus souvent, ainsi que les médecins généralistes et les dermatologues avec une offre d'environ quatre fois plus.

Les compagnies d'assurance maladie conseillent aux patients de faire preuve de prudence Les compagnies d'assurance maladie conseillent la prudence. Pour certains services, on peut se demander si une prestation supplémentaire est garantie. D'autre part, selon la compagnie générale locale d'assurance maladie AOK, les services de santé sont souvent vendus, qui sont en fait considérés comme des normes et peuvent être facturés régulièrement par les médecins à titre d'honoraires. Cela vaut surtout pour les examens échographiques nécessaires et le dépistage du cancer de la peau. Une demande de la compagnie d'assurance maladie responsable peut fournir une certitude à l'avance. Il arrive encore et encore qu'en raison de l'ignorance du patient, les médecins inventent des sources de revenus supplémentaires, bien que certaines mesures préventives et thérapeutiques puissent être facturées en espèces. (sb)

Lisez aussi:
Patron d'AOK: problème d'offre médicale excédentaire
Le différend entre AOK et les médecins de famille s'intensifie

Image: Paul Golla / pixelio.de

Informations sur l'auteur et la source


Vidéo: Infirmière, médecin: dépression et burn-out - Ça commence aujourdhui (Octobre 2020).