Nouvelles

Procès Duogynon: les dossiers restent fermés?

Procès Duogynon: les dossiers restent fermés?

Procès Duogynon: les dossiers restent fermés? Le tribunal régional ne voit guère de chance de forcer le fabricant pharmaceutique Bayer-Schering à accorder l'accès aux dossiers. L'affaire était prescrite après 30 ans "après avoir pris le médicament".

Hier, le premier jour du juge s'est tenu au tribunal régional de Berlin. Les juges ont signalé que les prétendues victimes de Duogynon semblaient avoir peu de possibilités de forcer la société pharmaceutique Bayer-Schering à accorder un accès complet aux dossiers. Un jugement définitif est attendu début janvier 2011.

Le premier revers grave pour les victimes présumées de Duogynon a suivi le premier jour du procès. Selon les juges de l'État, il existe peu de moyens de forcer l'inspection des dossiers. La raison: la vente des médicaments en question a eu lieu en 1975. Du "premier point de vue" du juge Udo Spuhl, l'affaire était prescrite. Il n'était guère possible de publier les fichiers vieux de 30 ans. Un délai de prescription commence 30 ans après qu'un «événement dommageable» s'est produit. Le temps équivaut à la vente du médicament. Selon cela, un procès aurait pu avoir lieu récemment en 2005. Puisqu'aucune réclamation en dommages-intérêts ne peut désormais être invoquée, le fabricant pharmaceutique ne peut plus être invité à inspecter les dossiers.

Mais le point de vue des requérants est différent. Pour l'avocat du plaignant André S., la dernière opération du lésé a été décisive et a eu lieu en 2005. Cependant, la raison pour laquelle Andre S n'a pas déposé de plainte civile à ce moment-là reste ouverte.

Le procès porte sur le lien non prouvé entre les malformations chez les enfants et le médicament «Duogynon». Le médicament a été prescrit aux femmes jusqu'à la fin des années 1970 pour tester une éventuelle grossesse. Par la suite, environ 1 000 femmes ont donné naissance à des enfants parfois gravement handicapés. Les femmes auraient pris le médicament en début de grossesse. Un peu plus tard, le groupe avait retiré le médicament du marché. Une action en justice à l'époque n'a pas abouti. À ce jour, Bayer-Schering refuse d'accorder une inspection approfondie des dossiers. Dans le procès civil, précisément cette perspicacité devrait être forcée d'ouvrir la voie à des centaines de victimes. Selon le fabricant du médicament, aucun lien clair n'a été établi. Pour cette raison, il n'y a aucune raison d'accorder l'accès au fichier.

Malgré la première évaluation du juge, les blessés veulent continuer. «Mon invalidité n’expire pas», a déclaré André S lors du procès. Il a également reçu plusieurs milliers de courriels et de lettres des personnes concernées. "De la part des victimes de Duogynon et des mères désespérées qui veulent des réponses." Si le 11 janvier 2011 aucun jugement positif n'est rendu dans l'intérêt du plaignant, Andre S. veut "passer à la prochaine instance judiciaire si nécessaire" et fait également une promesse des nombreuses autres victimes présumées de Duogynon: "Je vais faire ça!" (sb, 01.12.2010)

Lisez aussi:
Malformations causées par le médicament Duogynon?
Le professeur a poursuivi Bayer pour Duogynon

Crédit photo: sigrid rossmann / pixelio.de

Informations sur l'auteur et la source


Vidéo: Faites entrer laccusé - Jean-Claude Romand: le menteur (Octobre 2020).