Nouvelles

Relocalisation SHI des bénéficiaires Hartz IV?

Relocalisation SHI des bénéficiaires Hartz IV?

Le ministère fédéral du Travail Hartz IV envisage peut-être de «relocaliser» les bénéficiaires de l'assurance maladie privée (PKV) vers l'assurance maladie légale (GKV). Les rapports des médias correspondants ont été rejetés par le ministère du Travail. Cependant, le projet de loi est déjà en place.

21/10/2010. C'est un fait, cependant, que la ministre fédérale du Travail Ursula von der Leyen envisage apparemment de modifier la loi sur le PKV et Hartz IV. Le contexte de ces considérations est les cotisations d'assurance maladie privée qui peuvent difficilement être financées par les personnes concernées. De nombreux travailleurs indépendants, principalement d'anciens travailleurs indépendants bénéficiant de l'allocation chômage II, doivent payer eux-mêmes la différence entre la cotisation SHI et le taux normal. Un adulte seul reçoit 359 € par mois. La moitié du tarif maximum d'une assurance maladie privée est de 290 euros. Les agences pour l'emploi ne paient qu'une cotisation d'un maximum de 126 euros par mois. Ce montant reflète la contribution d'assurance des caisses légales d'assurance maladie. Comme l'a rapporté aujourd'hui le «Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ)», le ministère du Travail prévoit de «reloger» de force les quelque 6 100 personnes touchées, qui sont couvertes par une assurance maladie privée. Celles-ci doivent changer à l'AMS par une modification de la loi. En alternative, il est suggéré de limiter la contribution d'assurance maladie privée des bénéficiaires de l'ALG II à 126 euros par mois. La différence devrait alors être prise en charge par le PKV lui-même. Cela entraînerait un non-financement d'environ 20 millions d'euros par an.

Ministère fédéral du travail refusé
À la demande de l '«Ärzte Zeitung», ces mesures ont toutefois été refusées. De tels amendements n'existeraient pas actuellement, comme l'a annoncé le ministère fédéral du Travail. Mais il est exact que des négociations sont actuellement en cours avec le ministère de la Santé. Des solutions appropriées ne sont pas encore prévisibles, comme l'a souligné un porte-parole.

Pas étonnant, car les plans se sont heurtés à une résistance farouche au sein de la coalition. Le porte-parole du groupe Union pour la santé, Jens Spahn (CDU), a déclaré aujourd'hui: "Il est impossible que nous placions les cas problématiques dans l'AMS". Il fallait plutôt résoudre le problème réel du PKV. Pour cela, Spahn a suggéré que des fonds fiscaux soient mis à disposition à cet effet. Cette position a également été suivie par le chef adjoint du groupe du FDP, Ulrike Flach. Le manque à gagner devait être supporté par l'Etat et non répercuté sur l'assurance maladie privée.

Des projets d'amendements à la loi sont disponibles
Selon l'agence de presse Reuters, il existe un projet qui traite de deux amendements. Dans un modèle, les bénéficiaires de Hartz IV doivent entrer dans le système légal d'assurance maladie en modifiant la loi. Dans la seconde variante, les assureurs privés sont contraints d'assurer les chômeurs de longue durée au taux de cotisation GKV.

Un projet de loi correspondant sera adopté au Bundestag la semaine prochaine. Le temps écoulé jusque-là est court. Par conséquent, le politicien du FDP Flach et l'expert en santé de la CDU Spahn suggèrent que les agences de placement devraient faire la différence par la loi. Le montant encouru (environ 20 millions d'euros par an) est à financer sur les fonds fiscaux.

L'association PKV et l'opposition critiquent les plans
L'association des assureurs-maladie privés a critiqué les plans du ministère du Travail comme étant "totalement inacceptables". L'État ne devrait pas transférer ses obligations de soins à des tiers. Le président de l'association PKV, Volker Leienbach, a déclaré que le législateur devrait "combler le déficit de couverture le plus rapidement possible en remboursant l'intégralité des cotisations d'assurance maladie". L'Etat en est responsable.

Le projet a également été critiqué par l'expert en santé des Verts, Birgitt Bender. Au lieu des mesures prévues, il est plus judicieux de créer une contribution d'assurance uniforme pour les bénéficiaires du Hartz IV, qu'ils soient assurés dans l'AMS ou dans la PKV. Une "subvention supplémentaire de l'assurance maladie privée pour des services identiques" ne serait "pas justifiée", comme l'a souligné le politicien. Des critiques sont également venues des compagnies d'assurance maladie obligatoires. Ainsi, le chef de l'alliance KKH, Ingo Kailuweit, a condamné ces plans comme des "trucs de poche bon marché". De telles mesures conduisent à une nouvelle "gare de triage". Les subventions versées par les agences pour l'emploi aux bénéficiaires du Hartz IV sont déjà bien trop faibles. Les assureurs maladie devraient accepter une perte d'environ 4 millions d'euros de primes par an en raison des trois millions d'assurés SHI bénéficiant des prestations ALG II.

Le DGB a averti que le gouvernement fédéral devrait enfin commencer à financer l'écart de couverture. Annelie Buntenbach, membre du syndicat, a déclaré à Berlin: «Les contributions à l'assurance maladie pour les bénéficiaires du Hartz IV d'un montant de 126 euros sont arbitraires et clairement trop faibles, car elles ne couvrent pas les dépenses moyennes par habitant de l'assurance maladie légale ou que Tarif de base en assurance maladie privée (PKV) ». Parce que le financement insuffisant crée des charges supplémentaires injustifiées pour les compagnies d'assurance maladie légales. (sb)

Lisez aussi:
Arge doit payer des contributions PKV à Hartz IV
Reprise des contributions PKV pour les bénéficiaires Hartz IV
Augmentation des primes d'assurance maladie privée
Aucune contribution supplémentaire à Hartz IV
Tarif PKV de base pour les destinataires ALG II

Image: Dr. Klaus-Uwe Gerhardt / pixelio.de

Informations sur l'auteur et la source


Vidéo: Hartz 4 Klage - Angemessener (Octobre 2020).