Nouvelles

DGB: Secours pour les caisses maladie à Hartz IV

DGB: Secours pour les caisses maladie à Hartz IV

La fédération syndicale allemande DGB réclame un soulagement des caisses maladie de Hartz IV.

Annelie Buntenbach, membre du conseil d'administration de la DGB, a déclaré jeudi à Berlin à propos des considérations actuelles de la coalition pour la prise en charge des coûts de l'assurance maladie des bénéficiaires de Hartz IV: "Les contributions à l'assurance maladie des bénéficiaires de Hartz IV d'un montant de 126 euros sont arbitrairement déterminées et clairement trop bas, car ils ne couvrent pas la dépense moyenne par habitant de l'assurance maladie légale ou le niveau du tarif de base de l'assurance maladie privée (PKV). Les compagnies d'assurance maladie légales sont confrontées à des charges supplémentaires injustifiées, les clients de l'assurance maladie privée au chômage de longue durée à des charges considérables.

La DGB appelle la coalition noir et jaune à mettre fin à ce sous-financement et suggère que la contribution financée par l'impôt à l'assurance maladie pour les bénéficiaires de Hartz IV soit liée aux dépenses moyennes de l'ASM par assuré. Selon les dépenses actuelles de GKV par habitant de 261 euros, le GKV peut être allégé de 3,7 milliards d'euros. En conséquence, le taux de cotisation de l'assuré peut être réduit de 0,3 point de pourcentage. Les membres de SHI peuvent ainsi être épargnés par le fardeau de l'augmentation prévue des primes (de 7,9 à 8,2 points de pourcentage). Les problèmes des clients PKV au chômage de longue durée seraient également considérablement réduits. La différence restante devrait être résolue dans le système PKV. La DGB met en garde contre la résolution unilatérale des problèmes en faveur des compagnies privées d'assurance maladie. Il serait inacceptable que les contribuables doivent subventionner les tarifs élevés de l’assurance maladie privée et que les contribuables de l’assurance maladie légale soient encore surchargés inutilement. »(Dgb, sb)

Informations sur l'auteur et la source

Vidéo: Doit-on sinquiéter pour les banques françaises? (Octobre 2020).