Le SPD veut inverser la réforme des soins de santé



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Le SPD veut inverser la réforme sanitaire de la coalition noir-jaune.

(23.09.2010) La décision du cabinet sur la réforme des soins de santé noirs et jaunes a à peine un jour, lorsque le SPD annonce dans l'intérêt de tous les détracteurs qu'il annulera complètement la réforme s'il remporte une élection. Cependant, personne des rangs du SPD n'a mentionné que les fondations de la réforme actuelle avaient été posées à l'époque d'Ulla Schmidt en tant que ministre fédérale de la Santé (SPD).

Quelque chose doit changer dans le système de santé, car au cours du changement démographique, de plus en plus de personnes âgées avec un nombre relativement élevé de maladies et des coûts de traitement élevés sont confrontées à un nombre de plus en plus petit de cotisants à plein temps. Tous les détracteurs de la réforme actuelle voient la nécessité d'agir - les coûts doivent être réduits et les finances des assureurs maladie doivent être restructurées de manière durable. Cependant, le chemin vers cet objectif est controversé et les approches actuelles du gouvernement fédéral noir et jaune semblent le moins partagées. Parce que la critique vient de toutes les directions, pas seulement de l'opposition.

Carola Reiman (SPD), présidente du comité de santé du Bundestag, qualifie la réforme de "la pire et la plus antisociale de tous les temps" et le secrétaire général du SPD, Andrea Nahles, parle d'une "politique de clientèle effrontée" en faveur du secteur privé. L'expert en santé du SPD, Karl Lauterbach, a même expliqué que si son parti gagne, son parti «renversera complètement cette forme de fardeau unilatéral sur les travailleurs». Mais sur quoi l'opposition fonde-t-elle réellement ses critiques? Principalement sur les pierres angulaires suivantes de la réforme: relever le taux de cotisation de 14,9 à 15,5%, introduire des cotisations supplémentaires et la compensation sociale associée, geler la part patronale des coûts de cotisation à 7,3%, élargir les remises pharmaceutiques sur l'assurance maladie privée, facilitant la transition entre l'assurance maladie légale et privée, ainsi que des économies pour les assureurs maladie (850 millions d'euros), les médecins généralistes (500 millions d'euros), les dentistes (60 millions d'euros) et les hôpitaux (1,7 milliard d'euros) ). Sur la plupart des points, l'opposition n'est pas seule dans ses critiques, car les associations sociales, les syndicats, les associations médicales et les assureurs-maladie légaux se réfèrent également largement aux facteurs évoqués dans leur appréciation négative de la réforme.

Cependant, le fait que de nombreux éléments de la réforme actuelle aient déjà été introduits sous Ulla Schmidt (SPD) en tant que ministre fédéral de la Santé de la grande coalition n'est pas non plus une grande cloche pour le SPD. Au lieu de cela, il annonce le retrait complet de la réforme en cas de victoire électorale, ce qui, cependant, peut s'avérer un peu plus difficile dans le détail. Car, comme déjà évoqué, une réforme s'impose de toute urgence, notamment pour des raisons de coût, et un futur gouvernement SPD ne peut pas facilement se passer de revenus supplémentaires qui sont ouverts par les décisions actuelles. Il est donc plus probable qu'en cas de changement de gouvernement, des améliorations soient apportées aux domaines où la réforme actuelle est manifestement trop antisociale ou où les assurés sont unilatéralement chargés (par exemple, gel de la part de l'employeur).

L'image du ministre fédéral de la Santé et de son parti dans le cadre de la réforme a surtout été gravement atteinte par des allégations de politique de clientèle, les concessions en direction de l'assurance maladie privée (PKV) et du lobby pharmaceutique étant massivement critiquées par les caisses légales d'assurance maladie. Selon eux, les produits pharmaceutiques auraient pu être économisés beaucoup plus afin de réduire les coûts. En outre, la pression concurrentielle politiquement construite de la direction de l'assurance maladie privée alourdit la situation générale de l'assurance maladie légale. En tant que concession de l'industrie pharmaceutique, le fait que les caisses enregistreuses devront dépenser environ deux milliards d'euros de moins en produits pharmaceutiques dans l'année à venir en raison du paquet actuel d'économies pharmaceutiques. Gerd Billen, chef de l'Association fédérale des centres de conseil aux consommateurs, y voit un point de départ pour les critiques, car une partie des augmentations de coûts pour les patients aurait pu être évitée, "le gouvernement aurait osé faire plus de ce que font l'industrie pharmaceutique et les pharmaciens méritent notre système de santé ».

Dans le même temps, la population et les assureurs maladie légaux s'inquiètent de plus en plus de l'explosion des cotisations supplémentaires. Le célèbre professeur Dr. Jürgen Wasem, de la Chaire de gestion médicale de l'Université de Duisburg / Essen, a récemment mis en garde contre une augmentation des contributions supplémentaires à un peu moins de 80 euros par membre de la caisse d'ici 2020. De cette manière, "l'allocation de tête (...) passe pratiquement par la porte arrière", a souligné le Prof. Dr. Wasem en conversation avec le "Saarbrücker Zeitung". Et Karl Lauterbach suppose qu'il y aura des négociations collectives beaucoup plus dures à l'avenir parce que les syndicats demandent une compensation pour le paiement des frais de santé. Le modèle désormais adopté vise à «payer les conséquences du vieillissement de la société et des progrès technologiques de la médecine (...) uniquement à partir du revenu net des salariés», ce que Lauterbach estime que les syndicats n'accepteront pas simplement. (fp)

Informations sur l'auteur et la source



Vidéo: Parcours de soins, un enjeu de transformation pour les professionnels de santé et les patients - TR1


Commentaires:

  1. Lucky

    Je peux recommander de vous rendre visite à un site sur lequel il y a beaucoup d'informations sur cette question.

  2. Akinodal

    Je suis d'accord, le message remarquable

  3. Smetheleah

    Désolé pour l'intervention, je veux également exprimer l'opinion.



Écrire un message


Article Précédent

Les défenseurs des consommateurs mettent en garde contre la minceur

Article Suivant

La plupart des accidents de travail surviennent le lundi