+
Nouvelles

Réorganisation du marché pharmaceutique approuvée

Réorganisation du marché pharmaceutique approuvée

Le cabinet fédéral approuve la réorganisation du marché pharmaceutique.

(30.06.2010) Le Cabinet fédéral a approuvé le projet de loi sur la réorganisation du marché pharmaceutique (AMNOG). Le gouvernement allemand espère que cela se traduira par plus de concurrence sur le marché pharmaceutique et plus de transparence pour les assurés santé. En outre, les coûts du système de santé devraient bien entendu être économisés. A l'avenir, les laboratoires pharmaceutiques devront prouver plus précisément les bénéfices réels d'un nouveau produit et négocier un prix avec les caisses maladie au plus tard dans un délai d'un an.

Il a fallu longtemps avant que le ministre fédéral de la Santé Philipp Rösler (FDP) n'entame une réforme. Aujourd'hui, Rösler a réussi à ouvrir la voie à un changement sur le marché pharmaceutique. L'objectif est de contenir l'escalade des coûts des médicaments sur le marché pharmaceutique. Le ministre de la Santé a déclaré: "Avec le projet de loi, nous avons initié des changements structurels fondamentaux sur le marché pharmaceutique, tout en trouvant dans le même temps le difficile équilibre entre innovation et accessibilité."

Le projet de loi vise à déréglementer le marché pharmaceutique. Environ deux milliards d'euros doivent être économisés chaque année en soins de santé. Parce que les prix des médicaments ont presque explosé en Allemagne ces dernières années. Par exemple, une enquête de la compagnie d'assurance maladie KKH a montré que chacun des 30 médicaments brevetés en Allemagne est plus cher que dans les autres pays d'Europe. En effet, dans d'autres pays européens, les prix sont négociés avec l'Etat. Seule l'Allemagne s'est jusqu'à présent appuyée sur "l'autorégulation du marché" et a donc toujours été confrontée à des coûts croissants. Le problème fondamental des compagnies d'assurance maladie obligatoires est également susceptible d'être caché ici. De nombreuses compagnies d'assurance maladie se plaignent depuis longtemps de la hausse des coûts, en particulier dans le secteur pharmaceutique.

Le pacte se concentre sur la négociation des prix des médicaments. De plus, l'entreprise pharmaceutique doit démontrer les avantages réels d'un nouveau médicament. Dans un délai d'un an, les fabricants de produits pharmaceutiques doivent négocier le prix avec les compagnies d'assurance maladie. Si aucun accord n'est trouvé, un conseil central d'arbitrage devrait décider du prix du médicament à partir du 13e mois après le lancement sur le marché. Les médicaments qui ne constituent pas un bénéfice supplémentaire doivent être remboursés au maximum autant qu'un médicament comparable.

Il devrait également y avoir de nouvelles règles pour les contrats de rabais pour les médicaments sans brevet contenant les mêmes ingrédients actifs (génériques). Une réglementation plus amicale devrait avoir lieu ici. Cela signifie que dans le cadre de la «réglementation aut-idem», les patients peuvent continuer à recevoir la thérapie avec les médicaments habituels s'ils effectuent un paiement anticipé. L'assuré peut également choisir des médicaments qui ne sont pas couverts par un contrat de réduction. Personne ne sait vraiment pourquoi ces nouvelles réglementations ont pris autant de temps. Le gouvernement fédéral n'aurait dû utiliser que des exemples dans le voisinage européen, où le marché pharmaceutique est depuis longtemps réglementé. Maintenant, le projet de loi doit encore passer le Bundestag. (sb)

Lisez aussi:
Système de santé: Rösler présente des plans d'épargne
Coûts de la santé: remodelage du marché pharmaceutique?

Informations sur l'auteur et la source



Vidéo: Med in Tech - Patient Centric Strategy: do you talk Patient? (Janvier 2021).